Track And Life : Christelle Daunay court seule

Sans entraineur depuis le mois de septembre et la fin de sa collaboration avec Cédric Thomas, la recordwoman de France du marathon Christelle Daunay (42 ans) a décidé de poursuivre seule, en planifiant elle-même son entrainement.



Christelle Daunay
Christelle Daunay (ici aux Championnats d’Europe en juillet dernier) a décidé de se faire ses propres plans d’entrainement.



Sans entraineur depuis le mois de septembre et la fin de sa collaboration avec Cédric Thomas, la recordwoman de France du marathon Christelle Daunay (42 ans) a décidé de poursuivre seule, en planifiant elle-même son entrainement.

Ce sont des choix que l’on voit souvent dans le milieu du tennis, quand un joueur décide de partir seul, son sac à raquettes sur le dos. Jo-Wilfried Tsonga ou Gaël Monfils s’y sont essayés. En athlétisme, les athlètes sans entraineur existent également, d’autant plus en demi-fond et fond, avec des champions d’expérience.

« J’ai toujours été actrice de mes entrainements »

Ce qui est exactement le cas de Christelle Daunay. Sans entraineur depuis le mois de septembre et la fin de sa collaboration de dix ans avec Cédric Thomas (voir article), la recordwoman de France du marathon (2h24’22 en 2010) a décidé de poursuivre seule. « Pour l’instant, je continue seule, explique la championne d’Europe 2014 du marathon. Je fais mon propre entrainement, mes propres plans. Ce n’est pas toujours évident de changer après dix ans avec le même entraineur. Mais ce n’est pas pour ça que je fais la même chose. J’ai le recul des années précédentes par rapport aux entrainements. Ce qui me convenait ou non. J’ai toujours été actrice de mon entrainement et de ma carrière. La préparation physique je la faisais déjà seule. J’ai beaucoup réfléchi en prenant les conseils des uns et des autres. Et j’aime aussi le faire. C’est un challenge que je me suis donnée et j’ai envie de le relever. Cette solution est, pour l’instant, la meilleure pour moi. »

Contrainte à l’abandon lors des Jeux olympiques de Rio suite à une blessure au tendon d’Achille, Christelle Daunay s’était donnée au moins cette saison pour refaire, et surtout terminer, un nouveau marathon. Peut-être un ultime défi, qu’elle aborde seule, même si son compagnon dans la vie, Frédéric Bouvier (également athlète), n’est jamais très loin. « Dès qu’on peut s’organiser pour courir ensemble avec Frédéric on le fait mais il s’entraine aussi pour lui, déclare Daunay. Je n’ai pas envie qu’on soit trop ensemble. Je préfère qu’il se fasse plaisir. Il faut savoir faire la fraction entre la vie perso et la course à pied. Il ne faut pas que ça soit trop car ça peut-être préjudiciable. C’est pour ça que je ne veux pas qu’il soit mon coach. Soit il m’accompagne en courant, soit il me suit à vélo, quand il est disponible. Mais ce n’est pas si souvent. La plupart du temps, je suis toute seule mais on essaie de maintenir une émulation avec un groupe. »

« A
Rome, je voulais connaître mon état de forme »

De retour à la compétition lors du 10 km de Rome, le 31 décembre dernier, après six mois sans compétition et deux mois de reprise, Christelle Daunay s’est classée troisième féminine en 33’32. Un chrono loin de ses standards habituels (record 31’48 en 2012) mais qui la satisfait amplement. « Je voulais connaître mon état de forme et savoir où j’en étais, explique-t-elle. Mais je m’étais mis en tête de ne pas aller au-delà de mes limites actuelles au risque de ressortir de cette course un peu entamée. Au niveau chronométrique, c’est ce que je souhaitais. Ca valait mieux si le parcours avait été plat. Je pensais valoir 33’ – 33’15. J’ai pris un grand plaisir. C’est de bon augure car je n’avais qu’un mois d’entrainement complet avec des séances. Je suis contente d’être déjà à ce niveau. Maintenant, il faut encaisser et augmenter la charge de travail. »

Battue dans la capitale italienne par Cassandre Beaugrand (voir article sur le record de France juniors et espoirs), de 23 ans sa cadette, Daunay ne voulait retenir que le positif. « Ce qu’a fait Cassandre, c’est impressionnant ! Après, j’ai lu dans votre interview sur elle (voir article), qu’elle avait eu mal un peu partout le lendemain de la course. De ce côté là, je n’ai pas eu de soucis. Je suis bien ressortie de cette course. Il faut toujours être sur la réserve et ne pas en rajouter de trop pour éviter d’aller vers les tensions et les risques de blessure. Le maître-mot, c’est la vigilance. »

Un marathon à l’automne

Une vigilance qui va lui faire prendre le chemin d’un futur marathon à l’automne, le printemps arrivant trop tôt. « Mon objectif numéro un c’est de faire un marathon à l’automne. Même si je reviens bien, je pense être trop courte pour en faire un au printemps. Ensuite, à partir de mars, avril, je ferai une saison sur des 10 km et semi-marathons. Je recherche un semi pour le mois de mars. J’attends de voir comment évolue la forme. Il faut passer l’hiver. Je vais partir en stage au Portugal pour mettre des séances plus rapides pour voir où j’en suis. »

Avant de rejoindre Monte Gordo, Christelle Daunay sera présente ce week-end au cross Ouest-France, mais pas question pour elle de courir dans les labours. « J’évite les cross. Avec les blessures, c’est une discipline que je mets de côté depuis quelques saisons. Je n’ai pas envie d’aller vers la blessure. C’est pour ça que ce week-end, je vais privilégier le 10 km plutôt que le cross (la veille du cross Ouest-France, un 10 km populaire est organisé).»

Et la suite ? « Je ne me projette que sur cette saison et sur mon envie de refaire un marathon. Après Rio, j’avais envie d’en refaire un de nouveau car je n’avais pas fini le dernier. Je veux finir cette saison avant de me reprojeter sur une autre. Il ne faut pas voir trop loin. »

Une chose est sûre, elle est dorénavant, seule maître à bord.

Propos recueillis par Romain Donneux pour trackandlife.fr

Mardi 10 Janvier 2017
Christelle Daunay
Lu 356 fois
     

Mes partenaires

Merci pour leur soutien


Merci pour leur soutien


Qui suis-je ?

Christelle Daunay

Christelle Daunay
Licenciée au club de l'Entente Sarthe Athlétisme
Spécialiste cross, piste et route
32 sélections en équipe de France

Mes records :
10000m : 31'35"81 (Record de France)
10km : 31'48
Semi : 1h08'34 (Record de France)
Marathon : 2h24'22 (Record de France)

Mon palmarès :
Championne d'Europe de marathon en 2014 (CR)
13 titres de Championne de France (cross, 5000, 10000m, 10km, semi et marathon)
Détentrice de 5 records de France (10000m, 15km, 20km, semi et marathon)
2ème du marathon de Paris en 2010.
3ème du marathon de Paris en 2007 et 2009.
3ème du marathon de New York en 2009.
7ème au championnat du monde de semi marathon en 2014.
10ème au championnat du monde de 10000m en 2013
20ème des Jeux Olympiques de Pékin en 2008